23 septembre 2005

Cadeau photos d'habitants en 1848


Don de 16 photos de mai 1848

Don de 16 photos de mai 1848
Suite à leur venue pendant les journées du patrimoine, la famille Laureys a offert ces petites photos précieuses. Ils étaient locataires de la femme du boulanger madame Virginie Gonnet. Ils font partie de la famille de la femme de monsieur Michel, notre fidèle correspondant qui en est très fier d’avoir servi de médiateur. C’est affectif des photos de famille, tout un moment d’intimité est révélé et nous, en agrandissant les photos scannées, on fait un état des lieux des dégradations en 1848.

Des femmes se promènent avec des amies, de la famille par une chaude après-midi selon leurs tenues vestimentaires, elles se dorent au soleil en bavardant.
C’est émouvant de découvrir la petite Françoise de 4 mois, (c’est écrit derrière la photo), prise dans les bras de sa mère devant les façades. Cette femme de la cinquantaine n’avait plus aucun souvenir en visitant. On la voit toute joufflue sur un lit dans la salle à manger reconvertie en chambre, indice : derrière on voit les fruits peints.
Sur le promenoir aujourd’hui disparu, nous découvrons une femme avec drapé classique. Elle apparaît juste sur la tête d’une habitante : une apparition de vierge ? incroyable mais vrai c’est une statue !
En regardant d’autres photos, il y reste des socles de statues qui ont disparues. Il y en avait 12 à l’origine.
Les promeneuses descendent à l’Orangerie avec le bébé dans les bras et nous pouvons ainsi découvrir la margelle décorée de la fontaine aujourd’hui bétonnée, où l’eau malheureusement est tarie. Les baies de la salle voûtée sont murées.
Des hommes jouent devant l’appareil photo d’une amie. Le jeune père est devenu grand père et pendant notre visite, il raconte au groupe d’une dizaine de personnes qui ont le privilège de nous accompagner. " La villa des magnolias était plus propre à notre l’époque, il y avait des fruits et des grands arbres dans les jardins ".
La boulangère avait fait coller du papier mécanique sur des panoramiques peints à la main, des œuvres rares. Il ne comprends pas, le vieux n’avait pas d’importance à son époque clamant haut le modernisme. Sa femme le fait taire, impressionnée que sa maison soit devenue un monument historique et cette foule de 400 personnes qui vient admirer les lieux. Il est vrai qu’après la période clochard 65.74, les fuites dans le toit ont sacrément détruits les décors. Je tente de lui expliquer, qu’il vaut mieux laisser les décors dans leurs jus d’origine que de repeindre abusivement. Mon pari est de sauver les décors peints, papiers et toiles marouflées aux plafonds. Lui il voit des fissures et pense avec son bon sens pratique que le plafond du salon va finir par nous tomber dessus un jour. En 24 ans, 7 plafonds sont tombés, le poids du plâtre mort entraîne les lattes de bois et craque en période humide et chaque hivernale, j’ai peur pour tout ce plâtre toujours pas restauré avec des injections.

Marc a scanné la récolte de photos cinquantenaires avec minutie. Nous pouvons ainsi observer les détails des fenêtres de la cuisine qui vont être reposée en novembre par M. Ode d’ART-BOIS. Ainsi nous savons qu’il y avait 5 carreaux de haut. Ce témoignage sert très concrètement à restituer à l’identique la construction d’origine.
Découverte dans le jardin d’hiver: les fenêtres aux vitrages brisés par les deux explosions du dépôt de munition pendant les deux dernières guerres. On voit lamentables des teintures déchirées et plus aucun vitrage ! Seuls restent les fers de support de vitrages de couleur. Une petite fortune à reposer sur une façade de bois de 10 m de long sur des chassis de 6m de haut… Ce jardin devait être mirifique !

16 septembre 2005

Chantiers moulures Or gris


Chantiers de restauration

Les derniers chantiers en cours sont également appréciés par les visiteurs durant leur parcours sur les 3 niveaux du monument. Ceux qui reviennent notent les améliorations. Ceux qui découvrent les lieux pour la première fois notent tous ce qui reste à faire : les façades, les décors intérieurs….
En tant que maître d’ouvrage depuis 24 ans pour sauver la belle ruine, alors que j’ai un réel blocage envers les chiffres et la gestion, je dois apprends à signer les chèques, trouver des subventions et d’autres partenaires… Cette baraque est un gouffre financier, un ogresse qui dévore les énergies pour essayer de faire bouger les montagnes d’inerties
Force est de constater que petit à petit la multitude de chantiers redonnent solidité et sens aux décors XIXème.…

Un jardin orné de dentelles de béton en " Or gris "

Grâce au savoir-faire des mouleurs de ciment moulé de l’entreprise Avenier d’Echirolles, toutes les jardinières en ciment prompt des jardins en terrasse sont désormais reconstituées sous le grand magnolia de 150 ans.
De l’or gris à l’euros en 4 factures :
1) 15ml de garde-corps mécénat Vicat posés en juillet sur le coté ouest= 10 430 euros
2) pose en septembre : 22ml de jardinières octogonales, 15 ml de jardinière droites et 18ml le long de la roseraie,
Total 55 mètres linéaires de moulures en ciment prompt = 11 215 euros !

(Un collectif de Financeurs : C. Guichard, DRAC, Conseil général de l’Isère, Prix patrimoine Rhônalpin, Mécénat Vicat…)

Combien l’inspectrice des impôts va-t’elle encore récupérer ? Elle qui considère que les subventions de la DRAC versée en 2004 pour le chantier de l’orangerie payé aux artisans en 2001, sont comme des revenus pour moi, c’est un comble !
L’état ministère de la culture subventionne avec deux ans de retard d’un côté en obligeant à faire l’avance de prêt bancaire, et récupère de l’autre par le ministère des finances. Peu de gens savent que les conservateurs privés de monument payent les impôts, les impôts fonciers, les contributions sociales et surtout toutes les TVA versées depuis 24 ans… qui auraient pu permettre de financer la sauvegarde de toutes les façades par exemple…
Les contradictions des fonctionnaires n’usent, c’est épuisant d’être en tampon et je n’ai pas les épaules assez larges. Certains soirs trop fatiguée, j’ai envie de tout laisser retomber à l’abandon.
Il faut dire qu'aujourd'hui, la masse de travail dans le jardin était épuisante juste apres le départ des maçons, remblayer, planter pour avoir un aspect propre pour les journées de foultitude.... Le moral et le physique remonteront au zénith, la semaine prochaine!

12 septembre 2005

Bertille filme de nuit



La Casamaures devient une muse qui inspire les artistes. Lundi, mercredi, le tournage d’un film illumine de nuit les façades. Bertille a amené tout son monde fabuleux, des artistes et des belles robes qui s’animent sous la caméra de l’équipe de Claude Garnier: chef opérateur.
Pendant l’hiver, le montage sera réalisé.
En mai prochain, nous pourrons découvrir ce nouveau film projeté pendant une soirée des mille et une nuits sur le parvis de l’Orangerie.
Depuis 20 ans, notre association est un fleuron culturel qui mets à l’honneur l’histoire et l’art de la Casamaures.

06 septembre 2005

3 bonnes nouvelles en un jour


Toute personne qui adhère à l’association reçoit " la Gazette mail "

Bonjour honorable président et les amis de la Casamaures
C'est agréable de partager avec vous 3 bonnes nouvelles en un jour.

1) Pour la première fois je découvre le buste " d’Ali Pacha " du mystèrieux homme qui signait de deux noms : Joseph Jullien à sa naissance, puis a ses trois mariages : Joseph Jullien-Cochard !
"Je me permets la familiarité de l'appeler Juju, nous sommes devenus très intime cet été dans mon atelier , écrit ce jour Mauricette Kuhn. A partir de caricatures de Victor Sappey, tout l'été elle a donné vie avec de l'argile à ce buste un brin impertinant.

2) La FNASSEM fédère plus de 2 000 associations en France,
Elles vont afficher chacune des dizaines d'affiches où figurent une sélection de 12 illustrations
dont la Casamaures! Cela représente un soutien en national avec la représentation du monument sur cette affiche qui illustre le patrimoine vivant et les objectifs de nos associations de sauvegarde...
Thème "J'aime mon patrimoine... et je le défends....
Sie portail de la FNASSEM : http://www.associations-patrimoine.org
Patrimoines et paysages, fédération nationale des associations de sauvegarde des sies etensembles monumentaux, 20 rue d'armaillé 75017 Paris, 01 42 67 52 00

3ème bonne nouvelle du jour
L'imprimerie lyonnaise a livré 5 000 dépliants offerts par notre fidèle mécène la société Vicat.
Elle réactualise nos informations avec cette fois de l'anglais pour un monument à Saint-Martin-le-Vinoux-Isère-France. Disponible a qui le demande?

Mais je suis décue du monologue blog, j'ai trop peu de mail qui pose des questions sur la vie casamaurienne...