09 août 2005

9 août sur les calendriers chaque année, c’est inscrit la Saint-Amour.

Dans le Jardin d’hiver, les lustres de Lili-jolie sont éclairés projetant des dentelles d’arabesques en ombres qui jouent sur les murs. La grenouille sculptée du bassin de marbre blanc glougloute son jet d’eau rafraîchissant. Les sept poissons rouges nagent sinuant entre les racines du grand philodendron sur une chorégraphie en volutes fascinantes. La collection de cactés du monde de Jean Pierre Bayle se défend par des épines aiguës de toute visite enfantine, Des parterres aux moulures reconstituées l’été dernier grimpent une forêt de Yuccas, des avocatiers. Le sol en trompe l’œil de cubes ou d’étoiles incite à sauter à cloche-pied sur les étoiles de carrelage teinté.
J’entraîne Yannis le fils adoré d'Anne Surot. A trois ans il aime découvrir les lumières des salons que j’éclaire magiquement sur son passage d’un coup de télécommande que Maikel m’a donné. A distance, je peux m’amuser à faire taire la grenouille ou l’éclairer. J’aurai envie que tout l’éclairage soit magique, sur un claquement de doigt. Une musique s’élève de la volière déclenchée par des détecteurs de présence... En boucles toute la journée, je passe des CD d’enregistrements d’oiseaux achetés au Muséum d’histoire naturelle.
Nous sommes de drôles d’oiseaux.
Il y aurait un blog à faire avec tous les participants des 24 picniques de la Saint amour. Dans le décor de la Cas'amore, boire du St Amour tout en dégustant des délices du palais, des surprises gustatives allusion avec humour à toutes les formes de ce sentiment exquis (de l'amour maternel à l'amour vache, du romanesque au désamour, que d'annecdotes à vivre).
Saint Amour est un mirage comme St Glin Glin qui sont digne d'être célébrés dans notre oasis utopiste.

Nous rions encore de la surprise de l'année passée "Le mariage de Jacky et Jacqueline Sardat". Leur cortège d'amis et enfants portant un gateau géant en chocolat: le petit train de Grenoble avec les mariés en pate d'amande.
Adrien fils de François Mondot leur a improvisé un spectacle de jonglage. Il dansait avait des boules transparentes. Les lumières de l'Orangerie se reflétait dedans. J'avais l'impression qu'il jonglait avec une cas'amore miniature. Un pur moment de magie, partagé entre vrais amis...

(Deux jours que je suis morte-vivante: empoissonnement de trop de médicament, le foie hurle, la tête cogne, le cervicales brûlent, un poignard est ancré dans mes lombaires, mon dos est bloqué de rigidité douloureuse. Et pourtant que de rires sous le grand patriarche magnolia. L’éclairage des bougies romanesques accroît le plaisir d’entendre dans une chaise longue, les itinéraires sentimentaux de chacun, les voyages, les amours d’un soir et de toujours qui font oublier les galères de chômage, les factures et les impôts!).

Saint'Amour