28 juin 2005

Mystérieuses calligraphies

Tous les invités lèvent la tête vers les vitrages de couleurs aux calligraphies qui illuminent toutes les chambres du premier étage, en nous questionnant, que veut dire cette formule magique ?
Depuis des années les traductions varient selon la position d’un petit point placé en haut au lieu de dessous la calligraphie (peut-être par erreur ?).

- Commentaires du fils de monsieur Tillier, ACMH sur le mot arabe qui figure sur les vitraux de la Casamaures :
"Il s'agit d'un mot, qui se prononce Hinâk, et qui désigne littéralement :
- si c'est un singulier : le "mors" du cheval, ou la "bride".
- si c'est un pluriel : des courroies spéciales qui maintiennent le bât d'un chameau.
Ce qui est peut-être plus intéressant, c'est que ce mot se rattache également par sa racine à la notion de sagesse, d'expérience liée à l'âge (et que l'homme acquiert en "bridant" ses instincts).
Je ne peux rien dire de plus : il faudrait voir avec un spécialiste d'histoire de l'art islamique. Cela a peut-être un sens terminologique plus précis dans l'art religieux."
En ce qui concerne les dernières photos sur l’imposte des portes que vous m'avez envoyées, il semble que les inscriptions ne veuillent rigoureusement rien dire. Mon fils pense qu'il s'agit de motifs calligraphiques plus ou moins bien recopiés sur des photos ou des publications et "adaptés" en fonction de leur graphisme et du cadre dans lequel elles ont été placées, dans un souci d'ambiance orientaliste mais sans préoccupation particulière vis à vis de leur signification réelle. Même le sens de la première inscription est peut-être le fruit du hasard...

* HINK pour Ali Mechelhouk, premier objecteur de conscience à travailler pour l’association devenu un ami brillant professeur d’histoire.
" Le style utilisé est appelé couramment "maghrébin" ; on le reconnaît à la forme de la dernière lettre, le kâf qui diffère sensiblement du style utilisé en Orient. La racine HNK, en arabe, a le sens de "brider un cheval".
2éme hypothèse: peut-être s'agit-il de turc ?

* Quant à " M. Bengio, ex directeur DRAC Lyon, qui parle hébreu, arabe, latin… Il y a la racine " amour, aimer et un possessif ; ton aimé ? Le mot amour en arabe a une infinie variété de significations. Ne jamais oublier que ce sont des artisans locaux qui ont peint, interprété de l’arabe classique, personne ne connaît les sources des relevés de texte, de décor. A l’époque pour être à la mode, on rachetait dans toute l’Europe les dessins des voyageurs orientalistes.

* Cadeau un cadran de pierre gravée donné par un archéologue marocain d'El Jadida, le mardi 28 juin. Il nous a dit que la calligraphie en arabe classique sur les vitraux signifie un petit mot gentil, tendre pour les grand-mères dans sa région…. Encore une traduction possible!

Quant poèmes épigraphiques peints impostes des portes de salons, les traducteurs concordent en nous parlant souvent de pseudo-écriture. Des personnalités de l’Institut du monde arabe le confirment, mais peut-être à l’avenir un inconnu lira ce blog et offrira des traductions plausibles ?

Un jour, le ministère de la culture de Tunisie est venue amené par une association de femmes maghrébines. Fasciné qu’un français ait osé bâtir cet hommage aux cultures Orientales, il a donné de nombreuses explications. Les échauguettes de plâtre à l’angle des pièces ne sont pas des mirâbs, mais des cheminées turques (d’ailleurs il y a un conduit de cheminée pour les fumées en intérieur). Puis il s’est dirigé vers les meubles syriens rachetés en 1986. Il s’est mis à genoux devant une banquette positionnée vers la fenêtre à l’Est. Respectueux nous croyions qu’il priait. Mais non, il a donné une traduction d’une devise sculptée sur le bois et dédiée à Allah.

Cette demeure est heureusement pleine de formules de protection!
La Casa Maures a une bonne étoile pour avoir résisté aux deux guerres, aux clochards, au désintérêt total du voisinage.

Mystérieuses calligraphies arabes