19 juin 2005

Mission d’Etude sanitaire ACMH

J’adore découvrir le matin que la boîte aux lettres déborde.
Cette fois, c’est un impressionnant recueil de plans de monsieur Tillier, architecte en chef M.H. dont les plans et le dossier sont actuellement consultables par les étudiants dans la salle de l’Orangerie.
Une mission d’étude de 14 000 euros dont 50% à charge de la DRAC, 20% conseil général et 30% pour la banquière de la Casa.
Les relevés de plans sont magnifiques, des recherches de polychromie sur la façade éveillent les désirs de les sauver, oui mais comment financer ces millions d’euros?
Malheureusement ce dossier fait le point sur tout ce qu’il me reste à restaurer. Quel problèmes de savoir si j’en aurai la force physique pour encadrer les chantiers, les dynamiser et surtout l’énergie pour trouver les financements?

C’est une période de stress car je suis tellement tracassée en ce moment par le harcèlement de papiers de l’inspectrice des impôts. J’ai envie de tout plaquer. Elle m’impose sur la subvention que l’état a versé avec retard en 2004 (pour des chantiers financés de l’Orangerie en 2002). Inauguré officiellement par le DRAC et les responsables.
C’est le comble l’Etat-culture légalement donne des subventions, et après l’Etat-ministère-des-finances les reprends… Je ne comprends pas pourquoi elle ne veut pas appliquer les reports de déficit de chantiers (valables ailleurs pendant 6 ans !). Je dois faire le banquier avancer toute l’argent des grands travaux, deux ans après on me verse une aide partielle, sur laquelle une fonctionnaire m’impose sur des travaux en convention officielle… Certains fonctionnaires m’épuisent de contradictions, d’incompréhensions… Trop de soucis, ce soir je craque!

ACMH, chantiers et frein des impôts