28 février 2005

Rédaction d'un article avec Sophie
"Vivre le Patrimoine Mémoire du Futur"
Malgré les difficultés, ils sont nombreux et organisés les défenseurs du Patrimoine français dont la moitié est sauvée grâce à des privés et des associations culturelles. Créée en 1958, l'association nationale Vieilles Maisons Françaises joue au sein de 95 délégations un rôle fédérateur. Lors du lancement du dernier numéro de sa prestigieuse revue consacrée au Dauphiné, Alice du Besset, déléguée départementale, a rappelé que derrière les trois lettres VMF apparaissait aussi une mission pour l'avenir de la culture. La cérémonie officielle, en présence de Christian Pichoud, Vice-président du Conseil général chargé du Tourisme, et de Jean Guibal, président de la Conservation du Patrimoine de l'Isère, a eu lieu au Musée Hébert. La demeure atelier du peintre du XIXème siècle, retrace la vie d’un contemporain du grenoblois Joseph Jullien dit Cochard qui, le 27 janvier 1855, acheta le terrain de "La Guinguette"au bord de l'Isère,(acte fondateur d’une utopie appelée depuis deux décennie La Casamaures).

Le magazine s'intéresse une nouvelle fois à notre région, à ces monuments institutionnels chargés d'histoire comme le château de Vizille ou la Grande Chartreuse. Or Marie-Claire Colignon, la rédactrice en chef, a également cherché, avec l'aide du Comité Départemental du Tourisme, à emmener le lecteur hors des sentiers battus, à la rencontre de sites méconnus. Si les photographies font la part belle aux paysages, le Grenoble du XIXe siècle lié à l'histoire du ciment n'est pas oublié. Premier monument historique construit en béton en France, La Casamaures est mise à l'honneur dans 5 pages et photos de ce numéro.
Témoin exceptionnel du savoir-faire des mouleurs de ciment grenoblois, la villa est aussi un petit bijou d'architecture orientaliste.
C'est en ces termes qu'était décrite cette double richesse par Christian Dupavillon, directeur du Patrimoine au Ministère de la Culture en 1992 lors de l'extension du classement monument historique de 1986 :"Considérant que la conservation de La Casamaures à Saint-Martin-le-Vinoux (Isère) présente au point de vue de l'art et de l'histoire, un intérêt public, en raison de sa richesse architecturale et de la qualité des décors intérieurs".

Cette façade si photogénique en habit de lumière et de couleurs n'en est pas moins menacée. Des inspecteurs nationaux des Monuments Historiques viendront mi-mars aux côtés de représentants de la D.R.A.C Rhône-Alpes examiner les plans d'Alain Tillier, architecte en chef, pour les futurs chantiers de restauration des façades.
La menace des échangeurs autoroutier relayée par le magazine dans le monde de la francophonie, n'a pas échappé à Philippe Toussaint, Président des Vieilles Maisons Françaises ". Lors de sa visite du petit palais orientaliste en compagnie d’Alice du Besset et de Marie-Claire Colignon, il a assuré à l'association La Casamaures d'hier et d'aujourd'hui de son soutien énergique pour conserver ce chef-d’œuvre-en-péril et son ancien parc toujours en friche malgré vingt ans d’arrêtés du ministère de la culture.

Vieilles Maisons Françaises