06 février 2005

Arrivée de la première stagiaire de l’année, Virginie une blonde savoyarde en première année en BTS tourisme au Lycée Lesdiguières de Grenoble.
L’association doit impérativement développer ses visites de groupe pour pouvoir financer le poste de guide et c’est grâce à toutes nos heures de bénévolat que ce monument continue à ouvrir aux voyageurs. Pendant trois semaines Virginie vivra en terrain très concret à mille lieux des moyens des institutions, entre les théories sur le tourisme et la galère au quotidien. Elle constatera et apprendra la culture et l’éducation à deux vitesses. L’écart entre les discours et la pénurie de moyens dans les associations culturelles.
Premier exercice: un article pour communiquer sur les ouvertures du monument et l’accueil des stagiaires à longueur d’année. L’association n’est pas subventionnée pour encadrer des stagiaires, tous les dossiers d’étudiants depuis tellement d’année, c’est la face cachée d’un bénévolat pour essayer de pérenniser ce lieu entre une initiative individuelle de sauvegarde du patrimoine et une reconnaissance d’intérêt publique par le Ministère de la culture. Les porteurs de projet sont des anonymes aux volontés tenaces, sans dextérité commerciale ou bagout politique. Il est vrai que beaucoup d’association patrimoniale désespèrent en voyant se dégrader, sous le regard de tous, nos biens culturels.
Le ministre de la culture a rendu publique la liste des 178 MH sur les 400 appartenant actuellement à l’Etat. Ils sont concernés par un possible transfert de propriétés au profit des collectivités locales.
www.culture.gouv.fr

article de Virginie : UNE ECOLE DU PATRIMOINE A LA CASAMAURES

Le 27 janvier 1855, un grenoblois Joseph Jullien Cochard acheta un terrain: LA GUINGUETTE au bord de l’Isère. Il y a 150 ans commençait l’aménagement d’un parc exotique, suivi de la construction d’un palais aux mille et une facettes. Grâce à La Casamaures d’hier et d’aujourd’hui, ce rêve d’orient et d’amour est valorisé au fil des années et devient une école du patrimoine reconnue.

En février, de nouveaux stagiaires arrivent dans ce monument atypique. Virginie, étudiante en BTS Tourisme au lycée Lesdiguières participera à l’accueil du public au côté de Sophie Journet, la permanente médiatrice du patrimoine.
Delphine, de l’ESAIL (Ecole Supérieur d’Architecture d’Intérieure de Lyon), y prépare son diplôme sur l’Or Gris Grenoblois. Aurélie, Katell, Julien, sont trois étudiants en BTS au lycée horticole de Saint-Ismier qui contribueront à la valorisation du jardin et à la construction d’une tonnelle où sera plantée une collection de passiflores bleues. Tous ces jeunes intéressés par ce patrimoine multicolore renseigneront avec plaisir les visiteurs pendant les vacances scolaires.

Tout le printemps, il y aura des visites chaque mardi pendant la fermeture des musées départementaux et chaque mercredi à 14h pour vous faire découvrir ce petit palais orientaliste. Le parcours commenté, d'une durée de 1h30, se déroule sur trois niveaux. Désormais, les visiteurs prennent l’habitude de garer leurs voitures à proximité de la célèbre statue sculptée par Maurice Lipsi en Mai 1968, pour le Symposium des Jeux Olympiques, à côté de la bretelle d’accès de l’autoroute A48 (8bis Av. Général Leclerc, 38950 Saint-Martin-le-Vinoux).

L'association et ses stagiaires animent ce monument d’Or Gris en proposant des stages de "sténopéphotographie " qui accueilleront des artistes fin février, puis les enfants de l’école du village en mars. Tous pourront ainsi découvrir le mystère de la photographie au XIXème et réaliser des prises de vue constituant un état des lieux en 2005 Un parcours de photo sera exposé dans le jardin pour le 2 avril, fête de 20 ans d’activités associatives de La Casamaures d'Hier et d'Aujourd'hui. Toute la jeune équipe sera ravie de pouvoir partager avec vous ce voyage exotique, atypique dans le paysage des montagnes enneigées.

Une école du patrimoine