09 février 2005

Mercredi 11h: Rencontre signalétique au rond point des petits palmiers.
Lorsque l’on est en frontière en deux communes, il est difficile de faire se rencontrer les fonctionnaires des services techniques de Grenoble et de Saint-Martin-le-Vinoux. Officiellement il est interdit de placer des panneaux le long des routes, oui mais comment signaler l’entrée d’un monument ? Il s’agit de faire placer une signalétique cohérente pour améliorer l’accueil des automobilistes. Toute une énergie, des courriers pour convaincre élus et faire appliquer aux responsables en respectant la sécurité routière Au total 3 panneaux à Grenoble, 2 de l’autre coté des fortifications avec le labyrinthe logo des Monuments Historiques. .
Que de travail dans les coulisses pour mettre aux normes " la commune libre de la Casamaures ! ".


14h: J’attendais avec impatience la visite annuelle du Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine;
Cette année cela fait 20 ans que cette architecture est sous la protection du ministère de la culture. (juillet 1985 inscription, janvier 1986 arrêté de classement).
C’est toujours la même architecture mais sous un regard technique celui d’un ingénieur spécialiste du patrimoine.
Denis Grandclerc découvre 24 ans de chantiers. Il était venu a un spectacle de conte il y a une décennie, il félicite de l’ampleur des réalisations, même si je trouve que c’est trop lent vu mes finances. La maison a grandit selon les voisins en bas à l’Orangerie, coté ouest, coté Est avec les dentelles de béton. Avec les garde-corps des terrasses l’implantation théatralisée en gradins donne cette impression certainement recherchée de " Jardin de Babylone ". C’est un décor au bord d’une rivière, aujourd’hui au bord d’une autoroute, c’est un beau restauroute.
- Grands chantiers sous la conduite de l’architecte en chef M. Botton consolidation des deux terrasses 96. 99 et l’Orangerie2000.
- les chantiers d’entretien Sous contrôle de la SDAP : des menuiseries, la porte d’entrée, les façades coté rue de la Résistance. ..
Il regarde plus particulièrement les 3 chantiers réalisés en 2004
Les artisans sont Avenier : mouleur de ciment d’Echirolles, Billon : marbrier du bassin de Grenoble et Jehenne : peintre des plinthes de la salle à manger.
En tant que maître d’ouvrage, je finance 40% autant que l’Etat 40%, le conseil général de L’Isère 20% …
- En plus il y a l’étude sanitaire de monsieur Tillier, architecte en chef 14 000 euros.
Nous parlons de la liste de chantiers en attente, continuer la peinture dans les salons, faire réaliser des portes, des fenêtres, mettre du verre de couleur au premier étage, consolider la façade de bois du jardin d’hiver, la repeindre en extérieur…
Le grand défi sera de restaurer les façades principales et repeindre des kilomètres de liseré bleu outremer…

Nous parlons du manque d’information des élus et du public sur le quotidien des monuments historiques privés qui prennent en charge 48,8 % du patrimoine français.

Par exemple un privé n’est absolument pas obligé d’ouvrir aux visites un monument (protection contre les cambriolages qui suivent malheureusement chaque journée du patrimoine en septembre).
Le propriétaire est un " conservateur bénévole " qui paye des impôts fonciers, des taxes d’habitation et la TVA. Quand on imagine en 24 ans l’ampleur des TVA alors que les portes brûlées des salons ne sont toujours pas refaites ! Aucune aide sur la mise aux normes des réseaux d’eau et d’électricité, les plantations de jardin …
Dans certaine région, on subventionne pour avoir un chauffage qui assainit. Un chauffage solaire sur le toit du jardin d’hiver offrirait une climatisation et empêcherait l’humidité d’atteindre les plâtres et déliter les papiers panoramiques.
La liste est bien longue de tout ce qui me reste à financer, à restaurer. Souvent je suis tellement découragée par la lourdeur des dossiers, la passivité des élus pour protéger les abords… Quelle patience ou utopie il faut pour continuer. J’habite rue de la Résistance et j’ai l’impression de déplacer les montagnes de l’indifférence.

RV Jeudi 16h j’irai au conseil général, à la direction des affaires culturelles pour remettre mes doubles de factures à madame Weihoff, une fonctionnaire sérieuse qui m’encourage sachant combien c’est difficile tous ses papiers et à quel point il faut jouer au banquier et avancer les factures aux artisans avant de recevoir les retards de subventions. C’est une fuite en avant où tous minimisent les soucis pour pousser l’apathie des structures. Je suis un Petit Poucet qui perd volontairement ses cailloux blancs pour créer un chemin de vie.
Par rapport au tunnel sous la Bastille, c’est l’impossible combat de David et Goliath. Les nuits d’insomnie, je pense à l’épée de Damoclés des échangeurs autoroutiers, comment retrouver le fil d’Ariane des splendeurs d’antan? Quant aux travaux de couture de Pénélope, je n’en vois pas la fin dans ma grande et belle galère tissée de rêve. Qui pourra m’aider à consolider un château de sable ?….

Chantiers d’entretien, grands chantiers et signalétique