11 janvier 2005

Les mails pour L'Atelier Tournesol rayonnent autour de la notion du temps de la nature. Pour ses vœux Nicole Marquet de la Société Astronomique de France envoie un mail de deux poèmes sur des cadrans, mais qui ne sont pas "solaires"

Les cadrans
Les cadrans ronds des vieilles tours
Ont pour cils d'or les douze signes
Que les aiguilles, tour à tour,
Du bout de leur pointe désignent.

Les cadrans d'or dont les yeux ronds
Clignent des heures pacifiques
Font d'une aiguille léthargique
Marcher le temps qui semble long.
Franz HELENS
***

Le lutin horloger

Il court, il court, sa montre en main,
Par les rues et par les chemins !
Mais qu'est-il en train de chercher
De l'hôtel de ville au clocher ?

Il retourne les sabliers,
Il inspecte les balanciers.
Quartz ou ressort, vite il déloge
L'oiseau caché dans votre horloge

Tic-tac, il avance, il recule
Les aiguilles de la pendule.
Il court, de demeure en demeure,
Chercher midi à quatorze heures.

Jacques CHARPENTREAU
****

11 janvier Vœux municipaux

Dans l’étrange décor d’un gymnase transformé en temple pour l’assemblée des citoyens, des grilles deviennent des paravents en papier crépon avec des dégradés de rose. Le conseil municipal des enfants qui se tiennent très fiers, entoure le Maire et les élus de la commune. Les habitants écoutent le discours officiel avec des commentaires en aparté avec leur voisin lorsque le maire en bon avocat cultivé cite Socrate. L’année passée c’était " J’ai fait un rêve " du pasteur Luther King. Dans son discours concensuel, le vice président délégué de Grenoble-Alpes Métropole ne parle pas des sujets qui fâchent comme la Rocade Nord (pour laquelle il a voté en 1999), qui aggravera les seuils de pollutions sonores et atmosphériques dépassant déjà la norme française ( à suivre gravement ce printemps)... On en reparlera en mars

Tous unanimes écoutent la musique classique qui marque un silence de solidarité pour les victimes en Asie. L’urne translucide pour les votes est transformée ce soir pour que les Saint-Martiniers offrent une obole de compassion, un petit geste de solidarité face au drame démesuré des vagues mortelles du TSUNAMI.

C’est aussi une soirée où la télé diffuse l’évolution de l’homo sapiens, de l'homme dressé, des pierres dressées les méhirs qui forment des alignements indiquant l'equinoxe ou les solstices d'un calendrier annuel. La préhistoire et l’origine de l’art pariétal à quelque 20 000 ans d’écart. L’homme ce roseau pensant aurait trois millions d’années !


Tout un Poëme les vœux